Sophie Laurent

Sophrologie - Hypnose

Sophrologie et douleur

Selon la définition officielle de l’association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes".(*)

Autrement dit,  la douleur est  une expérience subjective et personnelle signalée par notre cerveau.

Vous pouvez regarder cette vidéo très bien faite qui explique le mécanisme de la douleur, son lien avec le système nerveux ainsi que les moyens de lutter contre :
https://www.youtube.com/watch?v=9qJuARzD9d4&feature=emb_logo

La médecine notamment grâce aux médicaments permet de soulager la douleur et d'atténuer la souffrance : quel rôle peut jouer la sophrologie vis à vis de la douleur, et tout particulièrement de la douleur chronique (la douleur aigüe est un signal que nous envoie notre cerveau et il est important d'en tenir compte)?

La sophrologie va agir sur la perception que nous avons de la douleur pas sur la douleur en elle-même: quand on a mal, on a tendance à se focaliser sur la douleur, elle prend de plus en plus de place jusqu'à occuper tout notre champ mental.  On a vite l'impression d'avoir de plus en plus mal. En se "défocalisant" de la douleur, on en réduit le champ et la douleur semble moins forte. Ainsi à l'hôpital, lorsque je demandais à certaines personnes hospitalisées de chiffrer leur douleur avant séance (de 0, pas de douleur à 9, douleur extrême) ce chiffre perdait 2 à 3 unités après séance, parfois beaucoup plus. Ainsi je me rappelle d'une femme qui souffrait énormément du dos depuis bien avant son cancer et qui après la séance m'a dit, les yeux écarquillés : "je ne sens plus mon dos !!!"

Comment ça se fait ? Tout simplement parce que le corps se crispe autour de la douleur et que lorsqu'il se détend (respiration, détente musculaire, etc. qui activent le système nerveux parasympathique) la sensation de la douleur diminue;  et, lorsque le cerveau est occupé à autre chose, il crée une forme de mise à distance qui nous ouvre un espace, sinon non-douloureux, du moins beaucoup plus supportable. Les techniques de visualisation ont ici tout leur intérêt : retrouver un lieu aimé ou en imaginer un, le vivre avec ses cinq sens jusqu'à avoir l'impression d"'y être" permet de se sentir mieux grâce à la production d'endorphines. 

La sophrologie est aujourd'hui de plus en plus recommandée en complément d'un suivi médical pour accompagner les patient.e.s douloureux.ses et son efficacité a été démontrée à de nombreuses reprises.

Mon expérience à l'hôpital auprès de personnes cancéreuses m'a permis de vérifier combien cet accompagnement peut-être précieux, aussi parce qu'il permet à la personne d'apprendre à être plus autonome dans la "gestion" de sa douleur.

Sans oublier, l'appréhension de la douleur que la sophrologie  permet de réduire de manière très importante.

(*) https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/douleur/article/la-douleur#:~:text=Selon%20la%20d%C3%A9finition%20officielle%20de,ou%20d%C3%A9crite%20dans%20ces%20termes%22.

 

Voir aussi :

https://www.federation-sophrologie.org/articles-parues-dans-la-revue/35-gestion-de-la-douleur.html

https://www.sophrologie-paris-11.fr/blog/articles/cancer-apport-de-la-sophrologie


Derniers articles

Catégories

Aucune catégorie à afficher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.